Trois voyageuses sur les traces de Jésus

Elles voulaient mettre leurs pas dans ceux de Jésus, voir les lieux dont la Bible et l’Église leur parlent depuis qu’elles sont petites. Odile de Matour, Marie Noëlle de Tramayes et Bernadette de Matour/La Clayette sont donc parties dix jours en février pour un pèlerinage en Terre Sainte en compagnie de Monseigneur Benoît Rivière et d’une quarantaine d’autres pèlerins.

Du désert sur les traces des Patriarches à Jérusalem lieu de la passion du Christ en passant par la Galilée où Jésus a vécu et enseigné avec les premiers disciples, le programme était dense mais « ce que nous avons vécu est gravé dans notre mémoire pour toujours. C’était émouvant » disent ensemble les trois voyageuses.

 

Qu’est-ce qui vous a marquées ? » Ai-je demandé. La messe en plein air dans le désert du Néguev où Abraham a été appelé, redire les promesses du Baptême sur les rives du Jourdain à l’endroit où Jésus a été baptisé.

L’arrivée à Nazareth et dire le « Je vous salue Marie » sur le lieu même où la Vierge a vécu. Voir le lieu où Jésus est né, symbolisé par « l’Étoile de la Nativité » dans la grotte de la Nativité. Le Saint Sépulcre où tous les chrétiens de toutes les confessions se côtoient et le mélange des religions à Jérusalem. La visite du Mémorial de la Shoah à Yad Vashem.

Chaque pèlerin a reçu en début de voyage un ouvrage touristique sur la Terre Sainte, un livret contenant le programme et les lectures de chaque jour et un livret de chants. Monseigneur Rivière profitait des trajets en bus ou des temps d’attente sur les sites pour inviter les participants à réciter le chapelet ou à lire un texte, choisi en fonction des visites et qu’il commentait ensuite pour expliquer tel ou tel aspect de la vie de Jésus. « Aller en Terre Sainte sans être accompagné par des personnes pouvant faire ce lien entre  les lieux visités et les récits bibliques aurait été beaucoup moins marquant » me glisse Odile aussitôt approuvée par ses deux amies.

Tous ceux qui essayent de promouvoir le vivre ensemble

Toutes les trois insistent beaucoup sur les rencontres qu’elles ont faites au cours de ces dix jours. Des hommes et des femmes, religieux ou laïcs, qui essayent, par leurs actions, de promouvoir le vivre ensemble entre les différentes communautés. Elles évoquent avec admiration frère Olivier (bénédictin) qui organise des rencontres entre juifs et musulmans. Elles ont été marquées par Laure (catholique) et Eden (juif), un couple qui essaye de rapprocher palestiniens et israéliens tout comme le père Raed, énergique directeur de Caritas à Jérusalem qui anime et encadre équipes de foot ou chorales entre israéliens et palestiniens. Ce dernier leur a transmis un message à l’intention de nous tous : « en Israël les chrétiens souffrent et ont tendance à partir. Pour éviter qu’il n’y ait plus de chrétiens sur la terre de Jésus, venez nous voir ».

Nathalie Rajot