Trambly, un village plein de vie

Connaissez-vous la rue Serpentine ? Le Travertin ? La Célestine ? Non ? Et vous pensez connaître Trambly ?

On entend souvent dire qu’à Trambly, on ne fait que passer. Et c’est vrai qu’à force de goûter à la départementale et à ses trop fameux ralentisseurs, on en oublie le village perché un peu plus haut autour de son clocher. Les occasions de monter au bourg ne manquent pourtant pas : l’école, la halte-garderie, la bibliothèque, la salle des associations, la mairie où siège la Communauté de communes, l’église et bientôt la balade «A cloche-pierres »… Excusez du peu ! Les apparences sont parfois trompeuses. Trambly donne de loin l’impression d’un petit village bien tranquille. Tranquille peut-être, mais petit … pas tant que ça, en réalité : on dénombre à ce jour plus de 400 habitants, avec pas moins de douze naissances en 2009 ! Et puis ne vient-on pas de fêter une centenaire et deux nonagénaires coup sur coup !
Le maire Jean-Paul Aubague n’en est pas peu fier ! Un petit village d’apparence tranquille… mais qui ne s’endort pas, loin s’en faut.
C’est vrai qu’à Trambly, en dehors du restaurant Le Relais de Trambly et du bar Le Tramblyron, il n’y a pas de petits commerces. Mais il y a pari gagné et sa zone d’activités florissante. On y travaille le bois (Vouillon), le métal (Abotech), la viande (Palmid’Or et Chez Jean-Louis), le lait (Cooplait). Plus de 250 salariés travaillent sur la commune.
L’entreprise Vouillon fabrique des charpentes traditionnelles, des maisons à ossature bois, des chalets, des poteaux et des poutres. Elle livre ses productions dans la région Bourgogne et en Rhône-Alpes à de petites entreprises ou à des particuliers. La demande est importante et le succès réel.
Palmid’Or est un abattoir en pleine extension. Chaque semaine, 40 000 à 50 000 canards sont abattus ainsi que 28 000 à 32 000 lapins. De 80 000 à 100 000 chevreaux arrivent là chaque année. L’entreprise emploie plus de 200 personnes du canton. Elle procède à des embauches régulièrement et recherche de nouveaux éleveurs. C’est une entreprise en plein essor qui sait se moderniser pour être toujours plus performante.
En fausse-plaine, Daniel Balvay élève des vaches laitières et Odile fabrique des fromages qu’elle vend sur le marché de Matour ou livre dans les environs et jusqu’à Bourg-en-Bresse ou Lyon. Odile aime son travail quotidien et les rencontres sur le marché. Elle regrette cependant de ne pouvoir, faute de temps, s’impliquer davantage dans la vie du village.
Trambly est un village où il fait bon vivre.

Les réalités parlent d’elles-mêmes

Nous avons là un milieu associatif très dense avec plus de dix associations tout aussi dynamiques les unes que les autres. Certaines rayonnent jusqu’aux villages voisins et même plus loin. L’une d’entre elles s’occupe du jumelage de Trambly avec une commune de Loire-Atlantique : Vritz. Une belle occasion d’échanges chaque année ! Et qui ne connaît pas Annie Wenner et son implication inébranlable dans la vie associative ? Son passé – et son présent – parlent pour elle : engagement au sein des foyers ruraux, de la bibliothèque, du conseil municipal pendant 25 ans et de tous lieux où se maintient le lien social. Sa volonté : aller toujours davantage vers une meilleure prise en compte de chacun, vers une plus grande collaboration intercommunale et une solidarité toujours plus active.

Un tourisme en plein développement

Les trois chalets de l’aire de loisirs qui affichent complet aujourd’hui.
La Roseraie des Charrières, œuvre de Jean-François Domas, paysagistejardinier, à l’origine d’un « jardin » de 4 000 m2 de style anglais où l’on peut admirer à la belle saison plus de 500 variétés de roses, des vivaces et des arbres rares (à visiter le dimanche a p r è s – m i d i , du 23 mai au 4 juillet).
Une église, joyau du patrimoine de la commune et indissociable du père Fargeton (photo ci-contre), curé de Tambly de 1970 à 1981, qui a profondément marqué par sa bonhommie et sa grande culture tous ceux qui l’ont connu.
Autre personnalité du passé, madame Lehmann, excellente pianiste et remarquable pédagogue, initia bon nombre de Tramblyrons à la musique, à l’art dramatique et à l’histoire, et ce, jusqu’à la fin de sa vie, sa maison, au charme certain, est devenue gîte d’étape. François Gauthier, sculpteur, aujourd’hui peintre et dessinateur satirique, et son épouse Florence, créatrice de tapisseries remarquables, y accueillent des hôtes de passage.
Trambly vous attend.

Tramblyons

Des projets à plus ou moins long terme

  • L’extension de l’école déjà trop petite pour accueillir les CM1, CM2 du RPI.
  • « A Cloche-Pierres », un projet en cours de réalisation, opérationnel début juillet, qui proposera au promeneur une balade par le village et son église pour découvrir au fil des vitrines la remarquable collection de pierres du père Fargeton.
    L’inauguration de ce projet aura lieu le vendredi 25 juin, à partir de 20 h 30, avec un spectacle d’Olivier Albert.