Mokamo, un projet qui devient réalité…

Apport de deux nouvelles machines pour l'atelier de couture.

Mokamo est une région de brousse dans la République démocratique du Congo. L’hôpital dessert une population de plus de 60 000 habitants. Depuis l’indépendance du Congo, cet hôpital s’est progressivement dégradé, sans que les Congolais aient les possibilités de continuer à l’entretenir : l’eau de la source n’y arrivait plus et les groupes électrogènes qui produisaient l’électricité nécessaire étaient en panne.
L’hôpital fonctionnait donc, tant bien que mal, sans eau courante, sans électricité, sans hygiène, sans confort. Il arrivait parfois que le médecin opérât à la lueur d’une lampe de poche.
Cette population demandait de l’aide pour réhabiliter leur hôpital…
En Europe, des bénévoles ont été émus par la situation précaire de ces habitants et leur manque de moyens à se faire soigner.
L’année dernière, nous vous annoncions qu’une nouvelle conduite d’eau était placée au départ de la source et que deux pompes étaient installées pour envoyer l’eau jusqu’à l’hôpital.
L’électricité était aussi rétablie grâce aux cellules photovoltaïques posées sur le toit des bâtiments et à l’achat de nouveaux groupes électrogènes. Le tout financé par des activités organisées par les bénévoles et par des dons de différentes associations, dont la Lyonnaise des Eaux.
Mais il reste beaucoup à faire pour aider cette population…
Actuellement, le projet des différents bénévoles est de fournir à cet hôpital des appareils médicaux de première nécessité pour faire les radiographies et des échographies.
Ils ont aussi le souci de former le personnel pour l’emploi de ces appareils mais aussi pour l’entretien de tout le matériel fourni, tant médical que technique (groupes électrogènes, cellules photovoltaïques, onduleurs, pompes à eau…etc.)
Avec les partenaires de Mokamo, les bénévoles poursuivent des actions de développement social au travers de deux coopératives : l’une destinée à produire du biocarburant pour alimenter les groupes électrogènes, l’autre s’adressant aux mamans dans six domaines : alphabétisation, gestion d’une bibliothèque, achat d’un moulin à manioc (leur principale nourriture), emploi de fours solaires, atelier de couture et agrobiologie.
Enfin, pour aider les bénévoles à pérenniser leur action, une congrégation de religieuses africaines s’est réinstallée dans les murs d’un couvent proche de l’hôpital. Parmi ces religieuses, il y a un médecin et plusieurs infirmières. Maintenant, elles sont en mesure de gérer l’hôpital.

Pour en savoir plus sur ce projet, retrouvez-le sur www.projetmokamo.be et sur Facebook.