Homélie de l’Ascension – jeudi 21 mai

Par René AUCOURT

La fête de l’Ascension marque une étape importante. C’est la fin, la conclusion de l’évangile de Matthieu, c’est donc aussi un temps nouveau qui commence dans un espace nouveau. Matthieu précise que cela se passe en Galilée c’est-à-dire à un carrefour, au cœur d’un brassage de toute l’humanité. C’est sur une montagne. Lorsque Dieu a quelque chose d’essentiel à transmettre, cela se passe habituellement en haut d’une montagne. C’est là que Jésus disparait de nos yeux et s’élève dans les cieux. Il y a donc une rupture, un changement radical. C’est le temps de la foi qui commence.

C’est ce que vivent les disciples : à la fois ils se prosternent et ils ont des doutes. N’est-ce pas aussi notre expérience ? Notre foi est si souvent aussi traversée par des remises en cause, des doutes. Nous sommes vraiment dans le temps de la foi. Après cette précision, nous voyons Jésus qui immédiatement s’approche, se fait proche. Le temps de la foi c’est en même temps le temps de l’absence … Jésus a disparu de nos yeux. Et c’est aussi le temps de la présence : Jésus est proche et en plus il promet qu’il le sera, toujours, jusqu’à la fin des temps.

Ce temps de la foi va avec l’envoi. Avec l’Ascension commence le temps de la mission. Allez, baptisez, apprenez… Une mission qui ne consiste pas à apprendre des formules, des choses, même très belles sur Dieu. Non, mais c’est une mission qui consiste à proposer et à faire entrer dans une relation, qui est celle du Père, Fils et Esprit. C’est bien le sens du baptême. Entrer dans une relation, comme cela nous était rappelé dimanche dernier qui est une relation d’amour et qui rejaillit sur toute la vie de l’homme. C’est cela apprendre à observer ce que Jésus a commandé. Le commandement ne peut être que le commandement de l’amour. La communauté de tous ceux qui entrent dans cette relation s’appelle l’Eglise. Avec l’Ascension commence le temps de l’Eglise.

Temps de la foi, temps de l’absence- présence, temps de la mission, temps de l’Eglise…

Il ne faut donc pas  rester là à regarder le ciel. Jésus nous a montré le chemin, il passe le premier. Il fait confiance à l’homme. Il ne s’évade pas. Il est avec nous jusqu’à la fin des temps. C’est le temps de la liberté et de la responsabilité.

Christ est parti sans nous quitter


Christ est parti
Sans nous quitter :
Le Fils de Dieu est glorifié.
Son absence partout
Nous accompagne.

Il est parti
Dans la nuée :
Qu’attendez-vous les yeux levés ?
Il est proche de nous
Quand il s’éloigne.

Il est parti
Pour instaurer
En nous l’étroite intimité.

Fixer le rendez-vous
Au ciel de l’âme.

Il est parti
Pour demeurer
Dans le grand corps d’humanité.
Son royaume est pour nous
En héritage.


Il est parti,
Il est monté.
L’Esprit descend nous habiter.
Et le silence en nous
Dit son passage.

CFC (f. Gilles) 2001