Eveil à la Foi 2019

Pour celles et ceux qui souhaitent accompagner leurs enfants dans la foi,

venez partager avec eux un temps  d’Eveil à la foi

  Pour tous les enfants de la paroisse  en classe de GSM, CP et CE1

Mardi 8 Janvier 2019 à 19 heures

 à la Maison paroissiale à TRAMBLY

Renseignements contact :

Père René AUCOURT : reneaucourt@wanadoo.fr
Martine LOCTIN  (assistante paroissiale): martineloctin@gmail.com

Le temps de l’Esprit et de la découverte…

Et voici le temps de l’esprit avec sa référence de la Pentecôte. Les derniers entretiens de Jésus avec ses amis insistent pour nous montrer que le chemin est ouvert, accessible et alléchant. Et Jésus qui se réfère à la culture de son peuple ne craint pas de nous dérouter pour nous laisser prendre la route qui sera bien la nôtre.

Nous donne-t-il un GPS plus sûr que tous les GPS possibles et imaginables, que notre pouvoir de création ne manquera pas de nous doter (moyennant finance, soyons sérieux, on ne va pas quand même toujours rêver !) ?

Voici le temps de nouvelles rencontres et de rencontres renouvelées au feu de Pâques. Les pèlerinages ne manqueront pas et la découverte de tous les patrimoines offrira les temps d’émerveillement et de silence. Il suffit de croire et d’aller au-devant de ce à quoi aspire notre cœur, d’aller où il est possible d’être accueillis dans la paix des rencontres qui naissent au-delà de ce que nous imaginions. Le temps de l’Esprit se fait le nôtre, CROYEZ !

Jean Pierre Leconte

Lire le bulletin °104 complet en cliquant ici.

 

 

Vie de la paroisse

Le mois de mai est le temps des premières communions et de la profession de foi.

Première communion : Valentine Aufrand, Mathilde Baron, Laurine Batista, Axel Debiemme, Marie Déchenaux, Orian Guillot, Margot Laffay, Enzo Monnet, Lola Noly, Samuel Puvilland et Juliette Vouillon.

Profession de foi : le 28 mai à Matour, Nicolas Lahier et Clémence Terrier (Matour), Manon Perret et Bastien Sanvert (St Pierre le Vieux), Gaëtan Terrier et Lise Thomas (Montmelard), Valentin Corneloup (Trivy), Romane da Silva (La Chapelle du Mont de France), Mathilde Lapalus (St Léger sous la Bussière), Lucas Batista (Trambly) et Alban Lacharme (St Jacques des Arrêts).

Trois voyageuses sur les traces de Jésus

Elles voulaient mettre leurs pas dans ceux de Jésus, voir les lieux dont la Bible et l’Église leur parlent depuis qu’elles sont petites. Odile de Matour, Marie Noëlle de Tramayes et Bernadette de Matour/La Clayette sont donc parties dix jours en février pour un pèlerinage en Terre Sainte en compagnie de Monseigneur Benoît Rivière et d’une quarantaine d’autres pèlerins.

Du désert sur les traces des Patriarches à Jérusalem lieu de la passion du Christ en passant par la Galilée où Jésus a vécu et enseigné avec les premiers disciples, le programme était dense mais « ce que nous avons vécu est gravé dans notre mémoire pour toujours. C’était émouvant » disent ensemble les trois voyageuses.

 

Qu’est-ce qui vous a marquées ? » Ai-je demandé. La messe en plein air dans le désert du Néguev où Abraham a été appelé, redire les promesses du Baptême sur les rives du Jourdain à l’endroit où Jésus a été baptisé.

L’arrivée à Nazareth et dire le « Je vous salue Marie » sur le lieu même où la Vierge a vécu. Voir le lieu où Jésus est né, symbolisé par « l’Étoile de la Nativité » dans la grotte de la Nativité. Le Saint Sépulcre où tous les chrétiens de toutes les confessions se côtoient et le mélange des religions à Jérusalem. La visite du Mémorial de la Shoah à Yad Vashem.

Chaque pèlerin a reçu en début de voyage un ouvrage touristique sur la Terre Sainte, un livret contenant le programme et les lectures de chaque jour et un livret de chants. Monseigneur Rivière profitait des trajets en bus ou des temps d’attente sur les sites pour inviter les participants à réciter le chapelet ou à lire un texte, choisi en fonction des visites et qu’il commentait ensuite pour expliquer tel ou tel aspect de la vie de Jésus. « Aller en Terre Sainte sans être accompagné par des personnes pouvant faire ce lien entre  les lieux visités et les récits bibliques aurait été beaucoup moins marquant » me glisse Odile aussitôt approuvée par ses deux amies.

Tous ceux qui essayent de promouvoir le vivre ensemble

Toutes les trois insistent beaucoup sur les rencontres qu’elles ont faites au cours de ces dix jours. Des hommes et des femmes, religieux ou laïcs, qui essayent, par leurs actions, de promouvoir le vivre ensemble entre les différentes communautés. Elles évoquent avec admiration frère Olivier (bénédictin) qui organise des rencontres entre juifs et musulmans. Elles ont été marquées par Laure (catholique) et Eden (juif), un couple qui essaye de rapprocher palestiniens et israéliens tout comme le père Raed, énergique directeur de Caritas à Jérusalem qui anime et encadre équipes de foot ou chorales entre israéliens et palestiniens. Ce dernier leur a transmis un message à l’intention de nous tous : « en Israël les chrétiens souffrent et ont tendance à partir. Pour éviter qu’il n’y ait plus de chrétiens sur la terre de Jésus, venez nous voir ».

Nathalie Rajot

Mon chemin de Compostelle

Ce chemin de Saint Jacques de Compostelle a été la suite d’un cheminement à la fois personnel et professionnel. C’est au retour de deux années remuantes pour moi que je décide de prendre la route. Deux années qui bouleversent mes origines et mon identité, et qui m’amènent à m’interroger sur la direction que je veux donner à la suite de mon chemin de vie.

Un besoin de me retrouver avec moi-même, de prendre du recul face au mouvement collectif, de vivre à un autre rythme et en communion avec la nature.  Et une envie de découvrir autrement mon propre pays.

Après m’être détachée de mes impératifs matériels et administratifs, je pars le 1er Mai 2014, de Saint Jacques des Arrêts, avec l’essentiel sur le dos. Dans le sac, chaque gramme compte, et je m’aperçois vite que ce que je crois être l’essentiel est encore de trop.  On apprend vite à se séparer du superflu.

Originaire à la fois du milieu agricole et viticole, je ne savais pas vraiment où j’allais ni ce qui m’attendait, mais je savais d’où je venais. Et sur mon chemin, mes pensées allaient souvent à ceux grâce à qui cette expérience se réalisait.

Depuis le nord ou le sud, il y a autant de chemins de Compostelle que d’individus. J’ai fait le mien en solitaire, même si sur ce chemin on n’est jamais vraiment seul. J’aimais me retrouver, aller à mon propre rythme. Certaines rencontres ont aussi été la source de ma motivation à continuer, à aller toujours plus loin pour le plaisir de les retrouver.

Sur le chemin, pas de division. Il n’y a plus de cadres, ni ingénieurs, ni médecins ni ouvriers. Nous  sommes tous égaux, avec les mêmes difficultés, chacun avec sa propre sensibilité et son défi.

Faire ce chemin seule, c’est être disposée aux rencontres, apprécier les portes ouvertes, les plus simples mais les plus chaleureux accueils. C’est aussi avoir le temps et la disponibilité pour s’émerveiller du plus banal des détails. Car ce qui rend ce chemin extraordinaire, c’est justement tout son ordinaire.

C’est au fil des pas et des kilomètres que s’est installé un tout autre mode et rythme de vie. Je me consacrais uniquement à l’instant présent, tout en gardant mon objectif. Les priorités du quotidien devenaient élémentaires : manger, dormir, être attentive à mon corps et savourer les plaisirs simples.

Je suis arrivée le 10 Juillet 2014 à Santiago de Compostella.  Des milliers de personnes rencontrées, de toutes nationalités, âges et classes sociales.

1875 kilomètres, 71 jours et 66 couchages différents, 13  régions traversées, 2 pays frontaliers, 8 kg sur le dos à l’arrivée, 1 paire de baskets épuisée et aucune envie de rentrer… S’est alors ouvert en moi la porte d’un nouveau chemin, enrichi de chaque rencontre, échange, passage et moment de recueillement avec la nature. Un sentiment de liberté : le chemin de ma vie est entre mes mains et tous les chemins sont possibles.

Marilyne SANGOUARD

Exactly what are Values of the Two-Year School.

Definitely, around the off likelihood that you will be hunting for an astounding superior close to instruction you would do on your own or your kids an injuries in the event that you do not seem in the junior college or university solutions with your standard vicinity prior to dove in and leaping to the faculty technique for lifetime. One can find that junior schools routinely supply an equivalent amount of instruction for the simple courses that number one and next year undergrads regularly acquire, they’re a vastly improved esteem with the funds, and they are an extraordinary traits for your individuals who are trying to juggle their instruction with family and show results responsibilities.

Exactly what are Values of the Two-Year School.

Definitely, around the off likelihood that you will be hunting for an astounding superior close to instruction you would do on your own or your kids an injuries in the event that you do not seem in the junior college or university solutions with your standard vicinity prior to dove in and leaping to the faculty technique for lifetime. One can find that junior schools routinely supply an equivalent amount of instruction for the simple courses that number one and next year undergrads regularly acquire, they’re a vastly improved esteem with the funds, and they are an extraordinary traits for your individuals who are trying to juggle their instruction with family and show results responsibilities.

Exactly what are Values of a Two-Year College or university.

Superior training in this country is rapidly becoming a necessity during the business enterprise team rather than an extravagance. Inside of the earlier the people who experienced a secondary college guidance nonetheless had the chance to fabricate a first-class world for them selves as well as their family members. Those people days are swiftly turning into some other dieing coal belonging to the earlier. Around the off likelihood that you choose to want to have big getting capability amid your life time you are thoroughly limited by your grasping possibilities also, the amount of instruction you’ve gotten gotten.