Une rentrée qui fait la part belle à la convivialité

La journée a débuté beaucoup plus tôt pour certains d’entre nous. En effet, une quinzaine de courageux (trois de Saint-Point, deux de Clermain et neuf de Tramayes) ont rejoint Saint-Point à pied ou fait le tour du lac. Malgré quelques lacets qui auraient pu être évités ou un chemin embroussaillé qui a nécessité de faire un petit demi-tour, les marcheurs sont arrivés à midi, le sourire aux lèvres, ravis de leur marche par cette belle matinée ensoleillée.

Le festival des gourmands

Nous étions une cinquantaine à les attendre et les tables ont vite été dressées et l’apéro, offert par la paroisse, servi. On échange les nouvelles de l’été, de la rentrée, on fait connaissance. L’ambiance est conviviale. Puis, chacun trouve une petite place à table et partage son pique-nique avec ses voisins en poursuivant la conversation. Aucun gourmand n’est resté sur sa faim : la farandole des gâteaux était, cette année encore, bien achalandée ! Après un petit café, les tables sont rangées et on se rassemble autour d’André pour répéter quelques chants en prévision de la célébration. Puis Jean-Pierre prend la parole. Ce début d’année est marqué par l’ouverture du synode, le 4 octobre à Taizé. Jean-Pierre nous explique ensuite qu’après un petit sondage auprès de l’équipe paroissiale, il a sollicité quelques personnes pour participer, au nom de la paroisse, à l’assemblée synodale qui se réunira cinq fois en 2016 et 2017. Quatre personnes – deux hommes et deux femmes – ont dit oui. Il s’agit de Marie-Ange Chuzeville de Germolles, MarieThérèse Denogent de Saint-Léger sous la Bussière, Bernard Cateland de Saint Pierre le Vieux et de Guillaume Moraël de Brandon. Tous les quatre ont accepté cet engagement avec le désir d’aller au-devant des autres et de participer à une réflexion autour des problématiques de l’Église par l’écoute, l’analyse et la transmission.
Pour notre part, nous sommes tous invités à constituer des équipes synodales de terrain pour faire remonter au synode nos réflexions, propositions, interrogations qui alimenteront le travail de l’assemblée.
Notre petit temps d’échange sur la vie de la paroisse s’est achevé par l’intervention de notre trésorier, Pierre Levin. Il a rappelé que notre nouvelle maison paroissiale, maintenant opérationnelle, a endetté la paroisse pour cinq ans. Tous les dons sont donc les bienvenus, de préférence via le formulaire papier, car, sur le site du diocèse, les dons sont difficiles à cibler.
Après la messe, joyeusement animée par André, chacun a repris son chemin, fort des moments partagés.

Saint-Point : « Trop cool ! »

Les autres villages décrits dans cette rubrique ont vanté la beauté de leurs paysages. Mais Saint-Point a cette particularité, ce « plus », d’avoir été chanté par un poète : « Entre deux étroites collines, se creuse un oblique vallon. » Je parlerai très peu de Lamartine et du patrimoine architectural, ce qui a été très bien fait par ailleurs. Mais l’église recèle un livre d’or où des expressions reviennent, évoquant aussi bien l’environnement que le lieu lui-même : « écrin de verdure, paysages harmonieux, calme, douceur, sérénité, petit coin de paradis. » Une main d’enfant a même écrit : « Trop cool ! »

Une zone de montagne

Quelles sont les particularités du relief ? Si les touristes les apprécient, les agriculteurs en parlent d’une manière moins élogieuse, en évoquant les pentes abruptes (altitudes situées entre 296 et 746 mètres). Saint-Point est classé zone de montagne. Il existe une douzaine d’exploitations. Plusieurs agriculteurs travaillent à mi-temps à l’extérieur. Les Sanpognards sont à l’origine de la première Cuma (Coopérative d’utilisation du matériel agricole) de la région, créée en 1957. Elle évitait que chacun s’équipe individuellement.
Autre forme de solidarité dans ce secteur : le service d’entraide. Quand un agriculteur était malade ou accidenté, les autres s’organisaient pour le remplacer bénévolement. Cette disponibilité est difficile à l’heure actuelle.

C’est plus la même vie !

Les anciens expriment d’autres regrets en parlant d’un temps où le bourg était actif, gai, convivial. « On entendait rire, on s’interpellait d’un jardin à l’autre ! » Le centre du village est maintenant trop calme, surtout en hiver : beaucoup de résidences secondaires sont vides une partie de l’année. Par contre, les hameaux sont très vivants : beaucoup de jeunes couples et d’enfants. Une douzaine de maisons ont été construites dernièrement. Certains nouveaux habitants ont choisi de s’installer là après un séjour en gîte (ici, un gîte d’étape et un gîte rural). « C’est plus comme avant, on connaît plus les gens ! » Mais il existe un souci d’intégration des nouveaux venus, en particulier de la part de l’amicale qui les invite gratuitement au méchoui. Monsieur Mignot, maire de la commune, explique que la population augmente chaque année : 355 habitants, et même 410 si on procède à un double comptage incluant les résidences secondaires. Beaucoup travaillent à l’extérieur: pas de gros employeurs sur place. La municipalité a le souhait de retrouver des terrains constructibles pour des jeunes voulant rester au pays. On ne trouve actuellement rien à louer. Autre projet : la réorganisation du bâtiment communal, en pensant particulièrement aux vingt-deux enfants de l’école maternelle.

Un village qui a des atouts

L’artisanat est bien présent : plusieurs entreprises dans le secteur de la menuiserie, charpente, couverture, zinguerie, scierie. Un tapissier décorateur. Un maçon.
Un cabinet de sophrologie vient de s’installer. Quant au domaine artistique, il est représenté par un tourneur et sculpteur sur bois reconnu hors de nos frontières.
Le tourisme est particulièrement important, lié bien sûr à l’église, au château, au camping et au lac. Ce dernier est un lieu d’animation en été, et un lieu de promenade toute l’année. « Quand on veut se promener, on va faire un tour au lac ! » Le bar-restaurant est à nouveau ouvert et la guinguette propose son programme d’été.
Autres lieux de rencontre : l’épicerie-café et aussi l’emplacement de jeux où se côtoient mères, grand-mères du village et du camping : occasions d’échanges avec des familles étrangères.

Des associations actives

Un méchoui à préparer, c’est du boulot !
Un méchoui à préparer, c’est du boulot !

L’Amicale est très ancienne. Elle n’oublie pas son passé, (les anciens élèves) et continue à aider financièrement l’école. En plus du méchoui, elle organise la fête patronale. Les Amis du lac chapeautent la section pêche : trois concours par an. La Société de chasse compte plus d’une vingtaine d’adhé- rents. Les Compagnons du chêne de Jocelyn font du théâtre depuis 1990. Ils ont commencé avec des scènes historiques et des histoires locales (scénarios écrits par eux-mêmes). Ils ont évolué vers le théâtre de boulevard. Beaucoup de travail et d’énergie de la part de tous, jeunes et vieux, de tous milieux sociaux. Et comment ne pas évoquer certains artistes inoubliables ?… Les compagnons prétendent que le ciel est toujours avec eux : parfois menaçant, jamais déchaîné !
Nouveau à Saint-Point, le Petit piment propose un espace de rencontre et d’échange avec le public. Le Comité local de Lacim (Les amis d’un coin de l’Inde et du monde) regroupe vingt-huit adhérents, dont certains habitants des villages voisins. Cette association aide les pays du Sud à réaliser des projets de développement. Saint-Point est jumelé avec un village du Mali. Les dons des adhérents servant intégralement aux projets, les frais de fonctionnement sont couverts par des activités bénévoles : repas, brocante.

1995 quelques compagnons acteurs. Que de souvenirs !
1995 quelques compagnons acteurs. Que de souvenirs !

Alors, Saint-Point, un petit coin de paradis ? On m’a dit: « Je ne comprends pas que tout le monde ne veuille pas habiter ici ! » « En arrivant ici, j’ai été surpris de trouver des gens si agréables, gentils, adorables !… » Si on m’a fait remarquer qu’au-delà de l’image idyllique d’une campagne préservée, la précarité peut aussi exister chez nous, on m’a aussi beaucoup parlé d’ouverture, d’échanges, de convivialité, d’entraide, de solidarité.