Anier ? C’est quoi ce métier ?

Connaissez-vous Francis et ses ânes, à Montillet ? Bien sûr, répondront tous les Tramayons. Et les autres ?

© FRANCIS ANDRE

Éducateur spécialisé pendant quinze ans auprès d’enfants en difficulté, Francis André est maintenant, accompagnateur de randonnées avec ânes en été et guide de montagne en hiver. C’est là qu’il a découvert, auprès d’âniers, que l’âne était un animal sociable, intelligent et très attachant. Et c’est là qu’il a appris son métier. Approchez-vous de l’enclos et vous verrez Diabolo, Vidocq, Pompon, Ali, Gaspard et Léo accourir à petit trot, vous donner de légers coups de tête et glisser leur museau dans le creux de votre main.

L’âne, un animal intelligent ?

L’âne sait faire preuve d’une excellente adaptabilité, tout particulièrement avec les personnes handicapées ou les enfants présentant des troubles du comportement. Il comprend la situation et agit en conséquence. « Léo, le chef, m’a réveillé une nuit par ses braiments pour me signaler qu’un des ânes était sorti de l’enclos. »

En quoi consiste ce travail?

« Je loue mes ânes depuis six ans pour des balades d’1h30, à la demi-journée, la journée ou sur plusieurs jours, avec ou sans accompagnement. » L’âne porte les bagages ou éventuellement les enfants. On peut aussi l’atteler à une carriole si les petits ne veulent pas monter sur son dos ou s’il y a des personnes âgées. Je veille à diversifier les parcours, et je participe à l’entretien des chemins pour qu’ils restent agréables à parcourir. La formation des ânes dure deux ans, ils doivent apprendre à accepter le licol et la longe, à adopter un rythme de marche, à faire confiance à l’environnement et aux êtres humains. Je veille à la nourriture, au renouvellement fréquent de leur eau et à leur brossage quotidien. Je dois aussi gérer les pâturages et faire les foins.

« Ce qui me motive surtout, c’est le plaisir des enfants qui découvrent ou viennent revoir mes ânes »

 

Quelles sont les qualités nécessaires ?

Il faut, bien sûr, aimer les ânes, c’est- à-dire les respecter, les ménagers, être un bon observateur patient et attentif. «Ce qui me motive surtout, c’est le plaisir des enfants qui découvrent ou viennent revoir mes ânes. J’aime ce métier qui me permet de vivre en plein air et de faire mieux connaître cet animal modeste mais si attachant. »