À Saint-Pierre-le-Vieux, Jean-François Bara conçoit et fabrique des stylos

Jean-François Bara exprime dans ses moments de loisirs une passion tout juste révélée en feuilletant un magazine de bricolage, celle de la création de stylos.

 Deux matières sont travaillées avec une dextérité minutieuse. La galalithe et le bois font alors émerger le stylo de sa banalité, renforçant esthétique et originalité au service de l’homme et de l’écriture. La galalithe, en bâton, tire son origine d’une protéine du lait ; on l’appelle « pierre de lait ». C’est la première matière plastique de synthèse du XXe siècle qui fit les beaux jours des boutons, des bijoux, des matériels électriques, des manches de couteaux, des touches de piano… C’est à l’aide d’un tour à bois sur lequel il fit son apprentissage en autodidacte que Jean-François travaille avec précision le corps du stylo fait de cette matière très dure, colorée, teintée dans la masse, que sa petite taille rend fragile et qui use les outils. À chaque étape du tournage, il doit inclure une prévision du pouvoir de rétractation de la galalithe. La phase finale consiste à obtenir une brillance parfaite par le polissage manuel et délicat de la galalithe,  donnant un vrai coup d’éclat au stylo à plume ou à bille.

Le bois vient d’Afrique, d’Amérique du Sud…

Il utilise aussi des petites chutes de bois d’Afrique, d’Amérique du Sud pour leurs multiples couleurs. C’est aussi l’occasion d’employer le bois des arbres fruitiers, du frêne ou du lilas. « Malgré la concentration soutenue, malgré les difficultés, j’éprouve un réel plaisir à tourner la matière et à créer. Je n’ai pas le droit à l’erreur, c’est un vrai défi permanent. Au moment du tournage et du ponçage je reconnais parfois les senteurs des bois de différents pays africains dans lesquels j’ai séjourné. Mais je suis toujours dans l’obligation de respecter la matière et de laisser se reposer le bois ou la galalithe pendant une quinzaine de jours, selon la complexité de la forme, avant de passer à l’étape suivante. Si le stylo doit conserver sa base utilitaire, je peaufine néanmoins sa présentation, son élégance au gré de ma volonté de personnalisation. »

Il faut le dire, c’est un objet unique, beau dans sa sobriété, dans ses proportions et qui apporte un confort exceptionnel d’écriture ou de dessin. Le stylo-plume ou à bille de Jean-François Bara est à l’opposé des stylos, certes, d’une commodité pratique mais éphémères et jetables à souhait. Ce petit bijou donne réellement envie d’écrire et s’annonce, pour celui qui va le recevoir de sa part en cadeau, comme le compagnon d’une vie.

Jacques Bonnamour